Hel(sinki) yeah ?

Voyager, c’est parfois un truc névrotique – la lecture de la Géographie de l’instant de Sylvain Tesson donne l’impression d’être le psy de l’auteur, c’est ahurissant. Dans le genre, souvent, je me suis demandé ce que je saisissais vraiment : l’âme d’une ville, celle que je veux en voir, celle que le Routard m’amène à voir ? La plupart de mes escapades se limitant financièrement à quelques jours, je me questionne sur les ressentis que j’en retire réellement.

Du coup, à Helsinki, seule zone nordique restée hors de mon radar, je n’ai pas perçu le sisu dont on me parlait. En finnois, c’est le mot qui veut dire l’état-d’esprit-et-d’abnégation-qui-permet-aux-Finlandais-d’y arriver comme ils le souhaiteraient (ça se place tranquille, en soirée, entre deux petits fours, oui). Je n’avais pas choisi non plus ces périodes fantasmées de l’hiver et son manteau neigeux (comme pour Stockholm) ou l’été (comme pour Copenhague), mais un mois d’avril. Tout ce qu’il y a de plus dépassionné.

IMG_2592

Pourtant, la ville regorge de petites impressions, çà et là. Tout d’abord ses bâtiments mi-austères, mi-audacieux, comme la gare, mon premier aperçu de la ville. A Helsinki, difficile de se surprendre à débusquer des rues sinueuses et des passages étroits : la capitale en est presque dépourvue, préférant une rigoureuse construction à angles droits. Mais on lève alors le nez et ce sont les majestueux dômes qui donnent le ton.

IMG_2617 IMG_2445

Helsinki permet de se laisser porter. Parfois, le long de chemins de terre qui mèneront à une baraque rouge, en bord de lac, où, profitant des 5°C (herm, oui) de ce printemps, des bières s’échangent déjà en terrasse. Mais aussi le long des pavés de l’esplanade, lieu central de déambulation dans la ville, cernés d’imposants bâtiments à l’architecture travaillée et débouchant sur le port. Il y a ses petits bateaux privés, ses ferrys publics, ses mastodontes de croisières et surtout sa halle de marché. Il faut vraiment y passer entre deux vieillards Finlandais inspectant avec un sérieux improbable des légumes, quand le soleil rentre doucement par les fenêtres.

IMG_2644

IMG_2627

En se laissant porter sur la Baltique, avec quelques rayons de soleil là encore, Suomenlinna n’est qu’à quelques encâblures. L’île-forteresse, classée à l’Unesco, à ce je-ne-sais-quoi de reposant. Un vrai contraste, pourtant, avec son passé militaire rappelé par ses canons rouillés et ses landes de terres (brulées et au vent, cela va de soi). En rentrant dans les terres, à l’inverse, c’est le village médiéval de Porvoo – et ses Runeberg, petite patisserie avec de la confiture – aux maisons en bois colorées et constructions d’un autre temps, qui permet de flâner avec quiétude.

IMG_2498 IMG_2471

Enveloppante, surprenante (oh, une forêt de métal ! oh, une église dans de la roche ! si, si, ils sont fait ça aussi), Helsinki n’a certes pas détrôné sa voisine suédoise dans mon esprit. Mais snober la fille de la Baltique serait une bien mauvaise idée. Sûrement faut-il, toutefois, n’en faire qu’un prélude au coeur même de la Finlande. Des lacs, des forêts, des lacs, des forêts, des lacs, et aussi, de temps en temps, des forêts.

IMG_2652

Pardon, j’avais laissé ouvert Into the wild sur ma table.


Précédemment :
Lisbonne
Rome
Stockholm
Bilbao

Laisser un commentaire